10 crimes sur les balises HTML que vous ne devriez plus commettre

Les policiers du Web vous surveillent. Ils parcourent votre code et sanctionnent les crimes les plus graves contre le balisage HTML. Voici une sélection des dix crimes les plus courants avec la solution pour ne plus commettre d’erreurs. Les astuces contiennent le balisage HTML valide et sémantique en supprimant les balises dépréciées.

Cet article est une traduction partielle de l’article 10 HTML Tag Crimes You Really Shouldn’t Commit disponible sur le site Line 25 Web Design Blog.

Crime n°1 : placer des éléments de type block à l’intérieur d’éléments de type inline

Elément block - Elément inline

Les éléments HTML peuvent être de 2 types : block ou inline. Les éléments ont un type par défaut, par exemple un titre <h1> est de type block alors qu’un élément <img> est de type inline. Les éléments de type inline peuvent être placés à l’intérieur d’éléments de type block mais jamais l’inverse.

Crime n°2 : oublier l’attribut alt sur les images

Attribut alt sur les images

L’attribut alt est obligatoire en XHTML. Il est nécessaire pour donner une signification à l’image, par exemple pour les lecteurs d’écrans ou les utilisateurs qui désactivent leur affichage. De plus les moteurs de recherche ne peuvent pas lire le texte dessiné, cet attribut est donc important pour le référencement de vos images. Si votre image ne porte pas de sens (et que vous ne pouvez pas la mettre dans votre CSS) vous devez positionner un alt vide sur votre image.

Crime n°3 : ne pas utiliser les listes quand cela est nécessaire

Utiliser les listes

Les listes sont des éléments très souples pour la personnalisation des éléments en CSS. On a une tendance naturelle à baliser le monde entier sous forme de listes. Donc n’hésitez pas à utiliser ces listes pour vos menus, vos liens, etc.

Crime n°4 : utiliser les balises <b> ou <i> pour mettre votre texte en gras ou en italique

Ne pas utiliser les balises b et i

Par défaut, un <b> ou un <i> va afficher votre texte respectivement en gras ou en italique mais positionner un texte en gras ou italique n’a pas de sens d’un point de vue sémantique. Si vous voulez uniquement modifier l’apparence de vos éléments il faut le faire en CSS. Pour mettre en exergue les éléments de votre texte de façon sémantique, vous devriez utiliser les balises <strong> et <em>.
Je vous conseille la lecture de l’article « B et I : un grand vieux troll des familles » pour en savoir plus sur les balises <b> et <i>.

Crime n°5 : utiliser trop de retours à la ligne

Trop de retours à la ligne

Pour faire un retour à la ligne dans votre paragraphe il vous suffit d’ajouter un <br>. Cette balise ne doit être utilisée que pour un seul retour à la ligne. Si vous voulez séparer davantage votre texte, vous pouvez plus probablement créer un nouveau paragraphe et modifier les marges en CSS.

Crime n°6 : utiliser la balise strike

Ne pas utiliser la balise strike

Les balises <s> et <strike> permettent d’indiquer la modification ou la suppression de texte dans vos paragraphes. Elles sont cependant dépréciées. Privilégiez les balises <del> et <ins>.

Crime n°7 : utiliser des styles incorporés à la page

Ne pas utiliser les styles incorporés

Vous l’avez lu et entendu des centaines de fois mais ça me fait plaisir de vous le rappeler. Ne mettez plus de style CSS directement dans l’attribut style de vos éléments HTML. Vous devez garder à l’esprit la séparation du code HTML, qui représente le contenu sémantique de votre page, et du code CSS, qui définit sa mise en forme.

Crime n°8 : ajouter des bordures par attributs HTML

Les bordures en HTML

Pour la même raison que précédemment, il faut séparer le contenu de la mise en forme. Il ne faut donc pas utiliser l’attribut HTML border mais définir les bordures en CSS, dans une feuille de style.

Crime n°9 : ne pas utiliser les balises de titre

Utiliser les titres h1 à h6

Les titres de votre site doivent utiliser les balises <h1> à <h6>. Idéalement le titre de votre page doit être le h1 et il faut respecter ensuite la hiérarchie des balises. En utilisant les balises <h> non seulement vous donnez un sens à votre élément mais vous lui donner aussi plus d’importance pour les moteurs de recherche.

Crime n°10 : utiliser les balises blink ou marquee

Ne pas utiliser les balises blink ou marquee

Si on oublie le fait que ces balises produisent un résultat horrible à l’écran, encore une fois, en utilisant ces balises HTML vous voulez modifier la mise en forme ce qui est mal.

Vous avez d’autres crimes en tête que vous croisez tous les jours ? N’hésitez pas à les partager avec nous en laissant un commentaire.

44 réflexions au sujet de « 10 crimes sur les balises HTML que vous ne devriez plus commettre »

  1. Salut à tous !

    Encore une ptite liste de truc à pas faire bien faite et bien expliquée.

    J’ajouterais quand même, pour le crime n°2, à propos des attribut alt, qu’il vaut mieux le laisser vide dans le cas ou l’image n’a aucun sens dans la page. Par exemple si c’est juste une image à but purement décoratif, ça sert à rien de remplir l’attribut alt pour y mettre quelque chose dont tout le monde se moque, y compris les moteurs 😀 (après, ça c’est + une approche référencement).

    Crime n°9 à propos des titres : Attention à ne déclarer qu’une seule balise H1 par page 😀

    Et sinon …. Je trouve les schémas très bien fait, bien que très …. schématiques 😀 Jolie boulot !

    Rom.

    1. Bonjour Rom et merci pour ton commentaire,

      Concernant l’attribut alt sur les images, nous avons indiqué que « si votre image ne porte pas de sens vous devez positionner un alt vide sur votre image » même si ce cas est très rare. En effet, soit l’image porte un sens sémantique (on doit la mettre dans le code HTML et indiquer un alt sur l’image), soit l’image ne porte pas de sens (il s’agit d’une image de présentation et on doit utiliser un code CSS pour l’afficher).

      Pour les titres, la norme HTML permet d’utiliser plusieurs fois la balise h1 mais nous conseillons toutefois de n’avoir qu’un seul titre h1 correspondant au titre de la page.

  2. Bonjour,

    Deux autres crimes à dénoncer :

    – l’utilisation abusive de la balise div pour structurer le contenu d’une page, au mépris des balises apportant une valeur sémantique (titres, paragraphes, listes, citations…)

    – l’exploitation de l’apparence donnée par défaut par un navigateur au contenu de certaines balises (hn, blockquote…), plutôt que de confier ce rôle aux feuilles de style

    Amicalement,
    Monique

    1. Merci Monique pour tes excellentes remarques.
      Je pense que cet article aura une suite où elles figureront en bonne place ! Je profite de ma réponse pour ajouter que le but de notre article n’est pas de pointer du doigt ceux qui emploient de mauvaises pratiques (cela prendrait beaucoup trop de temps et puis nous ne sommes nous même pas toujours tout blanc… :-/ ) mais plutôt de conseiller ceux qui ont le désir de bien faire. Tes remarques vont bien dans ce sens, encore merci.

  3. Bonjour, merci pour ces infos superbement illustrées, je ne savais pas que la balise strike était dépréciée…
    Et qu’en est-il de la balise u que j’utilise pour souligner ?

    J’imagine qu’elle n’est plus valable non plus…

    1. Bonsoir,
      vous avez raison, la balise u est dépréciée depuis HTML 4.0 dans les recommandation du W3C.
      Il s’agit d’un élément de mise en forme purement décoratif, qui en tant que tel n’est pas porteur de sens. Il est donc logique de s’appuyer sur les feuilles de style et le CSS pour rendre l’aspect souligné. Vous devriez utiliser une balise inline de type span et lui attribuer la propriété text-decoration: underline;

  4. Après le politiquement correct, voici le htmlement correct. Je sais que cet article est simplement une traduction, néanmoins je trouve son ton un peu trop moralisateur et pédant. Je ne suis clairement pas concerné par ces « crimes » (rien que le mot est navrant, dans ce contexte), pour autant, sous couvert de « donner des conseils », vous risquez de passer pour des donneurs de leçons « bien-pensants »…
    Franchement, qu’un gars utilise deux <br> au lieu d’un <br>, qu’est-ce que ça peut faire ? Que chacun code comme il le sent, tant que ce n’est pas immonde et lourd, mais arrêtez d’essayer de faire culpabiliser certains pour si peu…

    Enfin bref, si l’intention n’était surement pas mauvaise, je pense qu’il faudrait peut-être arrêter de « criminaliser » n’importe quoi et de balancer des cailloux et des tomates pourries sur ceux qui ont eu l’audace d’utiliser un style inclus dans la page elle-même, plutôt que de manière externe…

    PS : Bouh, vous avez quand-même oublié le crime ultime, digne de la lapidation et l’écartellement en place pubique : l’utilisation de tableaux pour positionner ses éléments ! (horreur, mais qu’on l’écorche vif pour crime contre le W3C et terrorisme envers le CSS ! lol)

    1. Comme dirait Gaston sous la plume de Franquin : Pierrot… « m’enfin ! »

      C’est pas vrai cette histoire de policier, c’est du second degré.
      Si tu remontes deux ou trois commentaires plus haut, tu verras même qu’on avait pensé à toi sans te connaître en parlant de ne pas montrer du doigt mais plutôt d’aider ceux qui veulent bien faire et puis tiens on y avouait aussi par la même ne pas être tout blancs (faute avouée à moitié pardonnée pas vrai ?).
      Effectivement, et cela n’est surtout pas notre propos, tout le monde peux toujours trouver à redire et la perfection n’est hélas et heureusement pas du monde du Web mais reprocher aux autres de vouloir bien faire … Ça m’évoque cette citation du philosophe Caliméro : « c’est vraiment trop injuste ! »

      1. Très bien dit ! 🙂 Merci pour l’article. Codant moi-même depuis déjà un certain temps, en effet personne n’est à l’abri des mauvaises habitudes… Des articles tels que celui-ci ne seront inutiles.

    2. Bonjour,
      Je pense que cet article, comme c’est certainement d’ailleurs le cas, ,ne se veut pas moralisateur. Je code moi-même toutes mes pages depuis un certain temps, et je me rends compte que personne n’est à l’abri des mauvaises habitudes… Ce genre d’article permet de remettre les idées en place. Parfois on peut utiliser des choses dépréciées sans même le savoir. Et oui, cela est bien nuisible. Le but n’est-il pas seulement de faire les choses, mais de bien les faire ? Cela rend la chose d’autant plus intéressante. Coder une page de manière à ce que ça ressemble au résultat voulu, tout le monde peut le faire. En revanche garder les bonnes pratiques (parce que oui, il y en a des bonnes, et des mauvaises, c’est un fait), c’est plus compliqué. Et c’est ce qui rend le métier intéressant.
      Et enfin, si le fait de mettre tous les styles css ne coûte pas plus cher, pourquoi continuer de s’entêter à ses dépends et ne pas le faire ?

  5. PS2 : J’imagine que mes propos ne seront jamais publiés/validés, j’en profite donc pour souligner amicalement le fait que le site dont vous avez traduit l’article, tout comme le votre, du reste, utilisent des CMS. Je le fais également, mais je trouve cependant un peu déplacé de critiquer ceux qui codent entièrement leurs sites (même s’ils utilisent des <b> plutôt que des <strong>), quand vous vous contentez d’utiliser un système tout-fait et prémaché, sans réellement mettre les mains dans le « cambouis »…

    J’aime bien votre site, et c’est aussi pour ça que ça me navre de lire ici ce qu’on a déjà lu ailleurs, à savoir ce dégoulinement de bien-pensance et de moralisme que distilent les chevaliers blancs du web et les ayatolas du w3c…
    Bonne journée quand-même !

    1. P.P.S. : nous n’avons rien contre un petit débat tant que cela reste cordial même si cela me fait un peu penser à l’excellent article paru sur presse-citron 7 façons foireuses de faire connaitre son blog.
      Nous avons choisi Word Press pour sa facilité de personnalisation, son xhtml valide, sa prise en compte de l’accessibilité, etc. Il nous permet notamment de pouvoir publier et répondre à des commentaires très facilement et de modifier une foultitude de choses automatiquement sans nous empêcher de mettre la main dans le code.
      C’est donc une solution tout à fait correcte à nos yeux. Pour le coup si j’arrivais presque à comprendre ton « agacement » du commentaire précédent je ne comprends pas très bien que tu opposes le fait d’utiliser un outil de production type CMS au contenu de nos articles, qui une nouvelle fois n’ont pas pour but de critiquer.
      Je te souhaite une bonne soirée malgré tout.

    2. Bonjour, Je pense que cet article, comme c’est certainement d’ailleurs le cas, ,ne se veut pas moralisateur. Je code moi-même toutes mes pages depuis un certain temps, et je me rends compte que personne n’est à l’abri des mauvaises habitudes… Ce genre d’article permet de remettre les idées en place. Parfois on peut utiliser des choses dépréciées sans même le savoir. Et oui, cela est bien nuisible. Le but n’est-il pas seulement de faire les choses, mais de bien les faire ? Cela rend la chose d’autant plus intéressante. Coder une page de manière à ce que ça ressemble au résultat voulu, tout le monde peut le faire. En revanche garder les bonnes pratiques (parce que oui, il y en a des bonnes, et des mauvaises, c’est un fait), c’est plus compliqué. Et c’est ce qui rend le métier intéressant. Et enfin, si le fait de mettre tous les styles css ne coûte pas plus cher, pourquoi continuer de s’entêter à ses dépends et ne pas le faire ?

  6. Oui, bien sûr retournons aux trains à vapeur tant qu’on y est ! C’était tellement chouette !
    (et encore… c’est vrai que c’était chouette les trains à vapeur…)

    Non mais franchement, je ne comprends pas comment on peut rester campé sur des pratiques archaïques ( qui étaient peut-être très répandues il y a quelques années, mais qui depuis ont montré leurs limites, et là je pense notamment à l’emploi des tableaux que cite Pierrot ) alors que ce qui fait, selon moi, tout l’attrait du web est justement sa capacité à évoluer, à se remettre en question. Et pas pour la beauté du geste, nan nan nan, pour répondre à de réels enjeux en terme d’ergonomie, de référencement, et d’accessibilité, entre autres !

    Oui, on a tous mis un jours nos styles dans notre html, lui-même s’appuyant sur des mises en pages en tableaux, en utilisant plein de frames de partout, c’était trop cool, trop facile, rien ne bougeait d’un navigateur à l’autre !

    Mais c’était il y a 5 ans. Et depuis, le web a changé. Les internautes ont changé. Les clients ont changé.
    Avant le dev était roi. Il faisait ce qu’il voulait, comme il l’entendait.
    Maintenant, les utilisateurs ont pris sa place et réclament des sites souples, intuitifs, évolutifs, participatifs etc. Et d’ailleurs, ils ont raison. C’est bien pour eux que nous passons tant de temps à analyser, maquetter, coder, etc. Et pas pour satisfaire nos petits egos et ceux de nos clients !

    Dire « bouh c’est pas bien de faire la morale » parce que l’on ne veut pas soi-même remettre en cause sa propre pratique du web est idiot.

    De même que critiquer l’emploi des CMS sur ce site… En quoi est-il valorisant de faire un site entièrement tout seul si c’est pour coder de la daube (styles dans le html, tableaux etc.) ? Juste pour pourvoir dire « je l’ai fait tout seul, regardez comme je suis trop fort ? »
    Cela me semble assez vain et présomptueux…

  7. Bonjour chevaliere blanche 😉

    M’étonne pas que tu te sois régalée… toi qui mets ta plume au service de tous et partages la lumière de ta chandelle avec tous les Pierrot qui n’ont plus de feu 🙂

    Ce qui me régale surtout, c’est de voir que des jeunes prennent à leur tour le bâton de pèlerin pour nous rejoindre dans notre combat (tout pacifique) pour un Web meilleur !

    Amicalement,
    Monique

  8. Pour completer le crime n°2, on peut egalement ajouter les attributs height= »XX », et width= »XX » (avec XX un entier, sans ecrire « px »).
    Cela permet au navigateur de prevoir la taille de l’image avant qu’elle soit finie de chargée, c’est plus agréable pour le visiteur, ca évite de bouger la mise en page apres le chargement complet des images.

    Bon article en tout cas !

    opi

  9. Pour revenir au contenu de l’article et de ses commentaires, en particulier le « crime n°9 » énoncé par @Rom, je me permets de n’être pas d’accord. Comme je le démontrais pas plus tard qu’hier dans un article de mon blog (http://www.webartaddicts.com/2009/06/la-balise-h1-en-xhtml-controverse/), l’utilisation de plusieurs h1 dans une page est loin d’être interdite.

    Bien au contraire, elle est parfois bien plus efficace et utile (en terme de sémantique et d’accessibilité) que la simple répétition en tête de page du contenu de la balise title. h1 apporte bien plus une notion de section principale d’une page (un peu comme les parties d’un livre) que de titre absolu d’un site (il y a la balise title pour ça).

    Je donne un petit exemple qui parlera à tous je pense : mettons que je développe un thème de blog : sur la page d’accueil se liste plusieurs articles principaux comme plusieurs sections principales. Il est donc tout naturel d’encadrer leurs titres par des h1. Ensuite, dans les pages d’articles, je ne mettrais qu’un seul h1 qui correspondra au titre de l’article/la section. Mon design n’en sera que plus accessible ET sémantique.

    Il ne faut pas faire de l’utilisation de plusieurs h1 dans une page une doctrine non plus, mais juste retenir que dans certains cas, elle se justifie grandement.

    Merci pour cet article,
    Denis Chevalier.

  10. Concernant la balise U évoquée et son alternative CSS: oui, d’accord, mais il est important de rappeler que le souligné n’existe pas en typo! Il a été inventé en même temps que la machine à écrire, alors incapable de générer du gras ou de l’italique. Le souligné est donc un strong ou em batard… il n’a en tous cas AUCUNE valeur sémantique, d’où l’absence de balise dont le comportement par défaut serait souligné (à part évidemment la balise A). C’est d’ailleurs une raison de plus pour ne pas utiliser de souligné ailleurs que sur les liens, cela prête à confusion en plus d’être une aberration typographique.

  11. Bonjour à tou(te)s,
    Je ne devrais pas lire ce genre d’article… Maintenant, j’ai 184 pages à « corriger  » !

    Merci quand même 🙂

  12. bonjour, tres bon article, le respect de protocole profite gravement a la sante et au trafic de votre site.
    Le travail sous domaine est aussi tres interessant pour occuper un maximum de page, le test de cet article est donc doublement interessant.

  13. Effectivement, devant cette prose je ne peux que m’incliner 😉 Mais il faut, autant selon ce même article que avis personnel, préciser les dimensions réelles de l’image et non des dimensions de mise en page.

    Dans ce cas là, l'(X)HTML garde sa qualité de descripteur du contenu sans pour autant servir de langage de mise en page.

    Au temps pour moi, donc,
    Bon après midi à vous !

  14. Juste un petit message pour vous remercier pour l’article mais aussi pour les commentaire.

    Car c’est tout de même un beau bordel quand on débarque dans la programmation web. Et c’est déjà énorme de savoir ce qu’il ne faut pas faire.

    Super l’article « Afficher une liste HTML sous forme de tableau par CSS » avec des exemples simples et complets. Avec les div c’est la galère et selon le navigateur on n’obtient pas la même chose (ce dernier point m’énerve au plus haut point).

    A défaut d’avoir trouver une méthode simple pour structurer mes pages, j’utilisais pratiquement que les balises table, div, p, include. Maintenant, je devrais presque pouvoir m’en passer.

    Petites questions :
    – pour savoir si un site est codé proprement, il suffit de passer les fichiers html et css au valideur du w3c ?
    – le fait de faire une page correspondant au menu à part et de l’inclure dans les autres, c’est autorisé tout de même ? (avec la balise include pas frame)

    Sinon, je plaide coupable pour :
    – le 1 (car je ne fais pas attention si c’est inline ou block, mais par logique, je place tout de même souvent le inline à l’intérieur du block)
    – le 2, je pense rarement à le mettre
    – le 4, multi récidiviste
    – le 9, idem

  15. Merci pour ces encouragements Kibur, ca nous fait sincèrement plaisir.

    Petites réponses :
    Le validateur du W3C te dira effectivement si le code est valide d’un point de vue syntaxique et c’est déjà pas mal ! Cependant il ne te dira pas si ta page est bien élaborée d’un point de vue sémantique car tu es seul(e) à connaître le sens que tu veux donner à tes pages HTML.(Ton titre est il vraiment un titre ? Tes tableaux ne sont ils pas des listes ? Etc.)
    J’imagine que tu parles de l’include PHP ? Si c’est bien le cas : cette fonction qui permet de recopier un code dans un autre est tout à fait recommandable. Elle permet de se simplifier la vie en factorisant des élèment. Il faut juste vérifier que le HTML généré est valide (une erreur classique est d’inclure par exemple une page entière dans une autre et donc de multiplier des balises comme le body dans la même page.)

    1. Bonjour antistress,

      Si j’ai bien compris, ta question est de savoir si on peut commencer une hierarchisation de page par h3.
      Il ne viendrait à personne l’idée de commencer un livre par un sous-chapitre. C’est exactement la même chose sur le web.
      De plus tu te prives de l’impact des balise h1 et h2 dans le référencement de ta page, c’est dommage.
      Alors oui on peut, mais non il faut pas.

    2. Hi @antistress,

      Ta question est ancienne certes, mais j’y réponds quand même, dans le cas où d’autres visiteurs auraient la même interrogation (et surtout parce que je pense qu’on n’a pas pris le temps d’en comprendre le sens caché),

      Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’aspect des h1, h2 etc. n’ont rien de figé.

      Ce ne sont *que* des conteneurs qui, *par défaut* (c’est-à-dire en l’absence d’autres renseignements), possèdent *un certain aspect*.

      Cet aspect — et c’est valable *pour n’importe quel sélecteur* —, tu peux le définir toi-même exactement comme tu l’entends (en théorie en tout cas).

      Car je vois bien que c’est le sens de ta question : les h1 et les h2 sont trop gros, je vais commencer directement aux h3. Tu es jeune dans le web, franchement, c’est normal d’avoir cette vision. Mais perds-la vite. Dans le web, plutôt que de se dire “bon je vais détourner l’utilisation de ce truc pour le tordre — même si je sais que c’est pas bien — pour arriver à mes fins”, il vaut mieux se dire : il y a *toujours* une solution, élégante.

      C’est comme ça, également, que tu apprendras le mieux (OK, ça prend plus de temps ; mais quel bonheur ensuite, je t’assure !)

      Beaucoup de blabla, mais comment faire, donc ?

      C’est là que *les feuilles de styles* te seront utiles. Tu trouveras comment les utiliser sur de nombreuses pages. Ce sont ces fichiers “CSS” dont tu as dû entendre parler quelque fois.

      Donc, dans ta “feuille de styles” (les fichiers .css que tu crées pour ton site), il suffit par exemple que tu écrives :

      h1{
      font-size: 0.2em;
      color: red;
      border: 20px solid yellow;
      }

      … pour que tes titres h1, à ta grande surprise, apparaissent :

      * illisibles, tellement le texte est minuscule
      * d’une couleur rouge du dernier cri
      * encadrés d’un bord jaune du meilleur effet.

      Je t’ai prévenu : on peut tout faire, avec les feuilles de styles. Si tu essaies, tu comprendras aisément.

      Pour en revenir à des choses moins créatives certes, un simple :

      h1{ font-size: 1.4em; /* tu peux jouer sur cette valeur ‘1.4’ */}
      h2 { font:size : 1.34em; /* idem */ }
      h3 { etc.

      … te permettra de donner à tes titres la taille que tu espères… sans avoir à passer au h3. 😉

      Bien à toi, et bon courage, même si je pense que tu as trouvé la solution depuis longtemps,

      Phil

  16. Un excellent résumé que j’aurais aimé reprendre sur mon blog.
    vais devoir peut etre m’en inspirer si vs le permettez.

    Je pense que je proposerais votre blog comme piste de réflexion à mes « élèves » en formation de référencement naturel si vous le permettez.

    Stefano AGBAGLA.

    1. @Stefano : merci de votre message, vous pouvez bien sûr utiliser nos articles si vous citez vos sources…
      N’oubliez pas : vos cours seront encore plus passionants si vous conservez les exemples sur l’OM !

  17. Tout d’abord petite parenthése obligatoire: on est les champions, on est ….!!! 🙂
    Bon ensuite et plus sérieusement, le balise et notamment l’utilisation de la balise H1 est indispensable en matière de référencement notamment et pourtant la majorité des sites présents sur la toile n’en ont pas! C’est un peu comme vendre un livre sans titre…
    Sinon merci pour ce bon petit résumé.

  18. Certains « crimes » ne le sont plus en HTML5 :

    On peut inclure des éléments de type block dans des balises « A ».

    Les balises « B » et « I » sont valides en HTML5.

    La balise « STRIKE » n’et plus supportée par HTML5, mais la balise « S » y est parfaitement valide.

      1. Concernant la validité HTML5, les tableaux ont été remis au goûts du jour, les balises b, i, etc, sont toujours présentes.
        Et quand on voit que Wikipedia n’utilise aucune balise strong, em, mais bien b et i, on peut se demander pourquoi leurs pages sont aussi bien positionnées avec un si mauvais codage… Il faut arrêter de se prendre le chou avec les balises d’enrichissement visuel dont on peut aussi modifier le rendu via css. Les moteurs savent très bien transformer un « b » en « span bold » pour simplifier.
        Les articles de 2010 en 2012… quand on imagine le nombre des variations d’algorithme de GG entre temps, ces articles sont-ils encore vraiment valables? Je suis bien certain qu’on trouvera des articles datant de moins de 6 mois mettant en avant tous les avantages de NDD à deux mots-clés ou plus pour le positionnement rapide et simplifié sur une requête, mais qu’en est-il aujourd’hui?

  19. Bonjour,
    Désolé d’abord de déterrer ce post, je viens de tomber dessus en surfant des les méandres du Net !
    Je suis d’accord avec tous les points énoncés… sauf pour le « crime » n°7 qui me paraît ridicule. Pourquoi ?
    – D’abord, l’attribut style est toujours valide du point de vue des normes HTML, y compris pour HTML5.
    – Ensuite, bien que, je vous l’accorde, cela puisse rendre le code difficile à lire s’il y a beaucoup de propriétés, cet attribut se révèle toutefois très pratique si l’on souhaite donner ponctuellement un style particulier à un moment précis. Dans ce cas précis, je ne vois donc pas l’intérêt d’ajouter une classe dans le CSS, si celle-ci ne sera utilisée qu’une ou deux fois sur la totalité du site.

    Pour ces deux raisons, je continuerai donc pour ma part d’utiliser cet attribut que je ne trouve pas si « sale » que cela.

  20. « Crime n°1 : placer des éléments de type block à l’intérieur d’éléments de type inline »

    je suis d’accord qu’il faut éviter cela et au lieu de mettre un a entourant un h2 faire l’inverse. mais quand un lien doit cibler toute une zone avec une image, du texte et autre chose (div de div de div), on fait comment ? on est bien obligé d’encadrer ca avec un a, non ?
    avez-vous une solution ?

    1. En fait ce n’est pas valide de mettre un lien <a> autour d’un div, il faut garder le lien dans le contenu du bloc.
      Par contre dans certain cas on veut pouvoir cliquer sur tout le bloc, pour cela il faut ajouter la main au survol en CSS et pour le clic il n’y a pas de solution autre que rajouter un petit code JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *